Date d'arrivée
Nombre de nuits
Nombre d'adultes
Nombre de chambres
Plus d'options

Dès le Moyen-Age, la grande qualité des vins de Saint-Emilion devient un instrument diplomatique dont la ville use tant auprès des dignitaires régionaux qu'à la Cour de France. Aujourd'hui encore, on sent au détour des ruelles du village, la qualité exceptionnelle d'une manière de vivre ancrée dans le Moyen Age.
Paysans, artisans, marchands cohabitaient avec des clercs religieux issus des quatre communautés monastiques qui s’établirent à Saint-Emilion au fil des siècles et surent transformer un lieu de culte ancestral en un centre de pèlerinage. Pèlerins et érudits habitèrent ces cloîtres calmes, sereins, lumineux, paysans et vignerons surent modeler les paysages de vignes et apporter à l’appellation une renommée jamais démentie. 

La ville crée dès l'époque médiévale la marque Saint-Emilion, un produit issu d'un terroir dont elle fixe la qualité et le prix, et assure la diffusion dans les cercles des pouvoirs de l'époque.

Tout le village témoigne de ce paisible essor, une architecture dont chaque maison conserve la trace, une église haute dont il reste quelques peintures murales, des sculptures qui témoignent de la richesse intellectuelle et spirituelle, toutes empreintes qui racontent la richesse et le dynamisme des habitants.

Saint-Emilion a su  organiser son épanouissement commercial et subvenir a ses propres besoins : l'élevage sur les bords de la Dordogne constituait une filière importante de l'agriculture régionale, les cultures vivrières assuraient elles aussi des ressources non négligeables et témoignent du fait que la vigne ne constituait pas, malgré sa notoriété, la totalité des ressources locales.

Les hommes et les femmes surent protéger ce qu'ils créèrent jusqu'à légiférer pour faire perdurer le vignoble. Le village trouve un équilibre qui va lui permettre de traverser les siècles.